Pages

mercredi 4 juillet 2012

Une histoire d’expatriation (la phase des 2/3 premiers mois)


Comme je l’ai dit dans mon premier billet, je suis maintenant immigrée au canada depuis 3 mois.

Être immigré c’est génial, ca ressemble à ca :
  • Découverte d’une nouvelle culture,
  • Apprentissage d’une nouvelle langue,
  • Rencontre de nouvelles personnes,
  • Sorties à gogo,
  • Réflexion sur son ancienne vie et au passage, réflexion sur ses nouvelles attentes
  • Découverte de sa moitié (ben oui, en tous cas pour moi car c’est la 1ère fois que nous vivons ensemble!)

Tout ca n’est vraiment pas faux mais d’autres facteurs sont à prendre en compte et notamment cette fameuse courbe de l’expatriation qui agit sur ton moral (tu te demande comment d’ailleurs)!



Donc nous avons cette fameuse courbe, elle est belle hein?! Ben en plus elle est véridique…

Oui, nous découvrons une nouvelle culture :
Au début c’est vraiment super car tu es dans une culture nord-américaine donc la souplesse du marché du travail et la location d’appartement, la gentillesse des personnes et la vitesse de réaction des organismes publiques (Qu’est-ce que ca fait plaisir quand tu sors d’un système français!).

Puis rapidement (dans ta phase des 2/3 mois) ca donne un licenciement du jour au lendemain sans aucune raison, des personnes au travail que tu connais mais qui ne te disent pas bonjour dans les couloirs, ou encore la difficulté d’entrer dans un cercle amical déjà construit.
Là, tu réfléchis puis tu te dis que tu ne peux plus encaisser leur accent à deux balle et leur culture ras des pâquerettes, tu te dis qu’ils sont vraiment chauvins et ca te fait limite flipper (il manquerait plus que la moustache et un signe de rapatriement pour prendre peur).
Puis pourquoi c’est tout le temps le fun avec eux hein? « Souhaiter son anniversaire à quelqu’un c’est vraiment le fun »…ou c’est normal et on passe un bon moment non?!
Bref, tout ce qui a un rapport de près ou de loin avec ton pays d’accueil te débecte.

Oui, nous apprenons une « nouvelle langue » :
Mais à Montréal tout le monde est bilingue nous avons donc un handicap sur le marché du travail (l’anglais qui est opérationnel mais pas bilingue!). Nous devons donc redoubler d’efforts pour améliorer notre anglais.

Oui, tu as des sorties à gogo :
Certes, l’été Montréal c’est super animé mais comme tu as un loyer à payer et tu dois manger ben finalement tu te retrouves à ne pas profiter autant que tu le voudrais puisque tu ne fais que compter tes dépenses.
Oui, Tu découvres ta moitié
Et tu fais face à certaines difficultés comme répondre aux aspirations de chacun sans bloquer le développement de l’autre et comme tu es face à une période plus ou moins longue de chômage ben il est possible que vous vous marchiez sur les pieds et ca ben ca créer quelques tensions!

C’est certain que tu réfléchis à ton ancienne vie et tu fais un tri dans tes amis, tu sais ce que tu veux vraiment maintenant quand tu rentreras en France.

Puis tu prends du recul…
Et tu te dis que leur culture n’est pas ce que tu imaginais mais qu’il y a des bons côtés et surtout tu retrouves des côtés positifs à ton système d’origine (oui oui c’est vrai!).
Leur accent est finalement vraiment sympa et leurs expressions incroyables! Puis, ils sont tellement gentils ces québécois!
Pour l’anglais ben soit tu pars dans le côté anglo-saxon soit tu entretiens des liens avec des anglophones et ca ira bien puis tu peux aussi regarder tes séries en VOST en anglais ou ne pas mettre de sous-titres du tout et c’est cool aussi!
En plus, nous avons trouvé un super site : le but est de remplir ton profil et de voir si des personnes sont intéressées pour discuter avec toi. Nous pouvons ainsi les aider à améliorer leur français et nous améliorons notre anglais par la même occasion.
Tu rencontres des gens et puis tu vois si c’est vraiment intéressant d’aller plus loin ou pas mais de toute façon tu as déjà tes amis et toi aussi tu vas te rendre plus dispo pour leur donner des nouvelles.
Pour ton chéri, ben comme tes sentiments sont décuplés ici, tu réfléchis et tu te dis que c’était sur le moment et qu’une bonne communication va remettre tout cela en place puis de toute façon si on arrive à faire face à tout ca maintenant c’est que c’est le bon, non?!

Puis en fin de compte ben…tu t’aperçois que l’expérience que tu vis finalement c’est vraiment l’« fun »!

To be continued…

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. J'ai vécu à peu près sur la meme courbe pendant près d'un an, mais à Vancouver ! Depuis c'est un peu moins fluctuant et mouvementé, je dois avoir atteint la phase "Autonomie et Intégration" ;) Super article, qui met en lumière le temps d'adaptation pas toujours évident quand on décide de s'expatrier ! Je te souhaite plein de belles choses !

    RépondreSupprimer
  2. Comme tu as parfaitement intégré le principe de base qui est de PO SI TI VER, ça va bien se passer ;-))

    RépondreSupprimer

Blablabla